DITEX France 13 octobre 2018

La réunion du réseau DITEX France qui s’est tenue à MASSY le 13 Octobre 2018 a permis de réunir 70 personnes venues des différentes régions de France, c’est l’occasion d’échanger et de lier des relations professionnelles et amicales.

Plusieurs thèmes abordés concernant le présent et le futur, à savoir :

  • La mise en place début 2019 de la réparation de la pompe Bosch CP4 (généralisé sur bon nombres d’applications, VL, PL, Agricole et industrielle)
  • La réparation des injecteurs CR2.5 et 2.8 (système à clapet)
  • Le contrôle des injecteurs Essence HP pour les applications solénoïde et PIEZO. Bosch, Marelli, Hitachi et Siemens.
  • Le nouveau site de commande en ligne DITEX
  • Et surtout une vision concernant l’avenir de notre métier (texte ci-dessous) 

 

LE MOTEUR THERMIQUE A ENCORE DE BEAUX JOURS DEVANT LUI

Le 13 octobre dernier, nous avons eu le plaisir de recevoir bon nombre d’entre vous pour le séminaire annuel Ditex dans les salons de l’hôtel Astoria de Massy (91).

Une réunion annuelle qui nous a permis de réaliser une prévision de notre métier face aux défis de l’automobile du futur, mais également de vous présenter le nouveau site de commandes bientôt à votre disposition.

Ditex apporte une réponse forte à son réseau pour des réparations fiables sur un marché du véhicule qui devient de plus en plus difficile. C’est pourquoi nous développons désormais la réparation et le contrôle des différentes applications de moteur, tant VL qu’agricole à des prix très compétitifs.

Soyons rassurés, près de la moitié des Français sont encore prêts à acheter une motorisation diesel.

Globalement, la voiture reste une nécessité : 88 %, soit près de 9 Français sur 10 utilisent leur voiture au moins une fois par semaine, et la majorité́ tous les jours (60%).

Plus de 3/4 des possesseurs de diesel ne changeront rien.

Sur les 56% d’automobilistes qui possèdent un véhicule diesel, 50% déclarent qu’ils ne changeront rien et 27% pensent garder le véhicule le plus longtemps  possible.

Parmi les 46% d’intentionnistes diesel, 44% sont prêts à payer plus cher pour obtenir ce type de motorisation, dont 14% prêts à payer 2 000 € supplémentaires par rapport à une voiture essence équivalente.

57% des automobilistes n’envisagent pas de changer de motorisation lors de leur prochain achat.

Selon les constructeurs, la voiture à moteur thermique représentera encore près de 90 % des ventes en 2020.

En outre, les constructeurs français jouissent d’une bonne réputation dans la fabrication de véhicules thermiques à faible consommation, tant par la maitrise des motorisations, notamment diesel de petite cylindrée, que par les innovations développées par les équipementiers français en matière d’assistance électrique et électronique ou d’aide à la conduite.

Rien ne permet aujourd’hui de prévoir que la voiture tout électrique sera moins chère que la voiture thermique

Dans la plupart des cas, le véhicule tout électrique sans batterie n’est pas moins cher que son équivalent thermique et le surcout des batteries, achetées ou louées, est très difficilement compensé par les couts de fonctionnement moins élevés, même en tenant compte de l’aide actuelle de 5 000 € en France (plafonnée à 20 % du prix du véhicule, batterie comprise). Avec les offres commerciales affichées début 2011, le cout de revient kilométrique d’un véhicule électrique apparait entre 20 % et 100 % plus élevé́ que celui d’un véhicule conventionnel à usage équivalent.

En dehors de quelques niches, le marché « grand public » des véhicules tout électrique aura du mal à se dessiner spontanément de manière significative sur la seule base de leurs couts d’achat et d’usage, même si les aides de 5 000 € sont à terme reconduites par les pouvoirs publics (qui auront également à subir un manque à gagner du fait de la perte de la TIPP).

Réunion Ditex France du 13 octobre